LE mélantois    
 Dimanche 6 et lundi 7 janvier 2002
Pont-à-Marcq et son Pays
 

De l’isoloir aux bords de la Marque
Les symboles du premier semestre 2001 : des bulletins de vote pour les municipales et des plaintes contre X déposées par les riverains de la Marque, encore inondés cet hiver.

 

L’année a débuté avec, seulement, quelques allusions lancées par des maires sortants, évoquant leurs projets. Et puis en un mois environ, la campagne pour les municipales a été lancée et s’est brutalement accélérée.
Surtout à Phalempin où l’ancien maire « lâchait » Thierry Lazaro, et à Attiches où cinq listes étaient en lice. Enfin, au soir du premier tour, l’absence d’opposition, ici ou là, et la prime au sortant avaient joué : onze maires avaient fait l’économie d’un second tour. Une semaine plus tard, les maires de Phalempin et de Wahagnies retrouvaient leur fauteuil, et Luc Foutry étrennait le sien, à Attiches.
Les édiles, riverains de la Marque, n’ont guère le temps de chômer. Suite aux inondations des deux dernières années et aux menaces persistantes de débordements, l’association SOS Marque voyait le jour et se montrait combative : six plaintes contre X en janvier, plainte d’un Ennevelinois fin mars et opération Les pieds dans l’eau, en mai. Une fresque est inaugurée, des arbres sont plantés et des canoës mis à l’eau à Pont-à-Marcq.
Il n’empêche : à la mi-juin, les membres de l’association ont du mal à cacher leur déception, même si les élus leur donnent des assurances. Phalempin étant traversée par la Naviette, elle aussi capricieuse, le maire de Phalempin décrète l’état d’alerte au moment des intempéries de fin mars...