LE mélantois    
Mercredi 25 juillet 2001
 
 
Pont-à-Marcq
 

SOS Marque, toujours d’attaque

 

Une quarantaine de marcheurs sont partis, dimanche matin, à la découverte de la partie amont de la rivière. Un retour à la source qui s’est terminé par une fête champêtre.

 

Pour la balade, le président de SOS Marque, André Janssen, avait mis son chapeau d'Indiana Jones.

 

Du pied de Mons-en-Pévèle à Pont-à-Marcq, dimanche matin, une quarantaine de randonneurs, membres et sympathisants de l’association SOS Marque, sont partis à la découverte de la partie amont de cette petite rivière qui a déjà causé bien des dommages à certains. C’était il y a un an, environ, la Marque débordait et inondait Tourmignies et Pont-à-Marcq. Et six mois plus tard, elle sortait à nouveau de son lit. Si les membres les plus actifs de l’association, présidée par André Janssen, multiplient les contacts avec les élus et les autorités afin que tout soit fait pour limiter ces débordements (voir ci-contre), tous ont à coeur, à plus long terme, de restaurer la rivière. Au gré d’une balade de sept kilomètres, ils ont suivi le cours, parfois d’assez loin, car les chemins manquent ou ont disparu. Ils ont profité de la bienveillance de quelques agriculteurs qui les ont autorisés à passer sur leurs terres, veillant même, comme à Tourmignies, à parquer un troupeau de moutons, le temps de laisser passer les promeneurs. Et puis, ils n’ont pu résister à l’envie de faire quelques pas de plus pour aller voir de plus près, aux confins de Thumeries, les bassins de décantation de la sucrerie Béghin. Une zone naturelle, qui doit être acquise par le Département et qui, en plus de sa vocation de réserve ornithologique, pourrait, peut-être, avoir son utilité dans la régulation des flots en cas de fortes pluies. Un «retour à la source» pour se convaincre que la Marque était une richesse pour la Pévèle, mais qu’il faudrait veiller de près à sa préservation.

 

Tout avait été prévenu: même la pause café et petits pains sur la place de Tourmignies.

A quelques mètres de la source de la rivière, au pied du mont Pévèle. et dire qu'un si petit filet d'eau peut causer tant de dégâts...

 

Une quarantaine pour la balade matinale, mais plus de cent pour la fête champêtre qui a suivi. Et personne n'était fatigué...

Parmi les petites difficultés qui jalonnaient le parcours: le franchissement de la Marque sur un pont improvisé.