MÉTROPOLE LILLE    
Jeudi 2 janvier 2003
 
 
 

Après 10 jours de fortes pluies
La Marque au bord de son lit

 

La situation n’est pas catastrophique, et on n’en est pas encore aux inondations de l’an 2000. Mais les adhérents de SOS Marque, anciens sinistrés, sont inquiets.

 

Quand ils ont vu la Neuville (un cours d’eau secondaire qui se jette dans la Marque) jaillir au-dessus de la drève et engloutir sous 50cm d’eau le parking en pleine forêt de Phalempin, l’angoisse a resurgi d’un coup. Les sinistrés de juillet et décembre 2000 ont vu réapparaître le spectre des inondations. Les Menu, de Tourmignies, ne peuvent pas empêcher de penser que le cauchemar pourrait très bien se reproduire dans les premiers jours de cette année 2003. « On habite juste derrière la Marque, et en juillet 2000, on avait eu 15cm d’eau dans la maison. Heureusement, on avait réussi à sauver l’électroménager », soupire Mme Menu. N’empêche, depuis dimanche dernier et la montée inquiétante du niveau de la rivière tout le long de la Marque, les champs et les marais sont déjà envahis, la famille ne peut pas quitter des yeux les lourds nuages menaçants. Jacques, le père, garde toujours ses cuissardes à proximité depuis dimanche. Mardi, le jour du Réveillon de Nouvel An, il était dans la forêt dès 7h30 pour surveiller le niveau des eaux et vérifier que les moines (ces sortes de petits barrages posés fin 2001 qui permettent de retenir les eaux en forêt au lieu des les laisser grossir le cours d’eau en aval) font bien leur travail. « Quand j’ai vu que le cours d’eau était revenu dans son lit, j’ai été soulagé et rassuré, mais il faut rester vigilant », estime-t-il. Bien sûr, c’est la Saint-Sylvestre et en même temps l’anniversaire de sa fille, mais l’heure n’est pas vraiment aux cotillons et aux serpentins chez les Menu comme chez les autres membres de SOS Marque…

 


Au mois de décembre, il est tombé 130mm d’eau, dont 100mm dans les 10 derniers jours.
Lundi, les bénévoles de SOS Marque étaient très inquiets. Ils ont même dû inonder
une partie de la forêt de Phalempin pour protéger les maisons en aval.

 

Même s’ils s’efforcent de conserver un jugement raisonnable sur la situation, les responsables de l’association créée au lendemain des inondations séculaires de l’an 2000 ne sont vraiment pas rassurés. « pour le mois de décembre 2002, le relevé pluviométrique que nous avons mis en place dans chaque commune concernée indique une valeur de 130mm, dont 100mm au cours des 10 derniers jours. Lundi soir, comme il avait plu toute la journée, nous étions inquiets. Si dans la nuit de lundi à mardi il était tombé 20mm de plus, on y avait droit », remarque Roland Laroye, qui a déjà une mare stagnante au fond de son jardin, à Ennevelin.
Par chance, la journée de mardi n’a pas enregistré de précipitations. Mais la météo reste très incertaine… et il n’a pas échappé aux sinistrés de l’an 2000 que la télé, la radio et les journaux annonçaient de nouvelles pluies pour la fin de la semaine. Ce qui n’est pas de nature à calmer les angoisses de SOS Marque.
Alerter les élus
«Pour revenir à une situation normale, il faudrait au moins plusieurs jours de temps sec. Sinon, à chaque nouvelle période de pluie, on sera de nouveau sur le pied de guerre. Les sols sont tellement imprégnés qu’ils ne peuvent plus rien absorber», constate-t-on du côté de l’association. Alors, pour conjurer le mauvais sort, les bénévoles de SOS Marque n’ont que leurs bras, leur volonté et leur solide amitié. Même dans la tempête, ils préfèrent surveiller la forêt de Phalempin ensemble que d’attendre seuls chez eux que le ciel décide à leur place…
Aujourd’hui, il semble que le destin ait penché en leur faveur, mais les anciens sinistrés viennent de vivre une alerte importante, à laquelle ils comptent bien donner suite. « Il faut que les élus prennent conscience qu’on est passé tout près de nouvelles inondations. J’espère que l’événement permettra de les remobiliser », souhaite Roland Laroye. Parce qu’il y a encore du pain sur la planche pour échapper à la fureur de la Marque. Une étude est déjà en cours… mais espérons que les experts seront plus rapides que les flots de la Marque.

Carole Lefebvre

Pour tout contact avec SOS Marque – Tél. 03 20 64 94 59 – 03 20 61 92 30 – 03 20 61 48 75